interviews

 
interview concernant ma collaboration pour un documentaire sur le Baseball filmé par Jérôme CORNUAU

DANS QUEL SECTEUR MUSICAL TRAVAILLEZ VOUS ?

Je travaille principalement pour le multimédia,les jeux vidéos et j’ai également composé des musiques de films et 16 albums de musique instrumentale ( qui sont utilisés dans les radios,télévisions et par des producteurs de films )

COMMENT TRAVAILLEZ VOUS ?

Pour le moment et pour des raisons d’emploi du temps je travaille seul.

Chaque jeu vidéo ou projet est pour moi une nouvelle aventure, pleine de surprises, d’amusement et de joie mais il y a plusieurs phases de travail incontournables .

  • la réflexion :

Après la présentation du jeu par le concepteur ou réalisateur et auteur je choisis un genre musical, ainsi que les sonorités qui seront utilisées et j’attribue un instrument spécifique à un personnage .

  • composition :

Celle-ci ne peut commencer que lorsque les graphismes des pages me sont envoyés .

Je n’ai pas de méthode précise, je peux commencer par la mélodie ou la structure harmonique ou créer une ambiance sonore .

Quand je commence par ces ambiances je garde à l’esprit les bruitages qui devront correspondre à une action du joueur . Il ne faut pas trop charger l’orchestration musicale pour laisser la place aux bruitages.

  • Dans le premier cas, il faut tenir compte de la difficulté du jeu et donc du temps que le joueur va passer avant de terminer la partie.

Une musique trop répétitive peut devenir insupportable et incitera le joueur à baisser le volume du son pour pouvoir se concentrer.

Il faut donc que celle ci soit variée et donc différente, avec des crescendos et des moments de suspens. Elle doit néanmoins être entraînante pour les jeux d’action et calme pour les jeux de réflexion.

  • Dans le deuxième cas, la musique est là pour renforcer, illustrer et immerger le joueur dans l’écran. Bruits de vagues sur la plage, vent sur un promontoire sont bien sûr indispensables.

Au fil des divers écrans du jeu des thèmes naissent et se développent avec des arrangements instrumentaux différents.

Certains instruments liés à un thème ou un personnage apparaissent dans une autre orchestration pour rappeler le thème d’un autre univers.

Le scénario et l’histoire entraînent aussi des choix dans les tonalités et les instruments.

Chaque dent de la baleine correspond à une note du xylo et la petite hippocampe donne un code précis dans les paroles de sa chanson, il était donc normal que l’on utilise l’instrument dans l’orchestration.

Les Finitions :

Cette étape consiste à mixer les différents instruments. Ensuite je les prépare en vue de leur utilisation pour le jeu.

Pour l’instant, la musique ne peut être reproduite qu’avec une qualité audio amoindrie par rapport à celle d’un CD audio.

L’utilisation de logiciels de traitement du son numérique permet de restreindre les pertes de qualité du son.

Ces divers traitements sur les musiques et les bruitages permettent aux sons de se déplacer pour mieux surprendre le joueur.

Les Bruitages ou FX

  • Cette phase est la plus amusante car elle consiste à inventer les bruitages. Un jeu peut contenir près de 250 bruitages.
  • Chaque action du joueur doit correspondre à un bruitage.
  • Les ouvertures de portes peuvent être différentes (bois, métal, grinçante, coulissante) mais sont assez faciles à mettre en place.
  • Par exemple le claquement du bec des cigognes peut représenter des crabes qui courent sur la plage .
  • Le claquement d’une paire de ciseaux, un crabe qui doit couper une corde
  • Le bruit d’une araignée qui mange une mouche ou l’écrasement d’un cloporte, le bruit d’un singe mangeur de bananes sont beaucoup plus difficile à imaginer!!!

Un bruit peut aussi quand on l’associe à un autre objet ou une autre action correspondre parfaitement.

  • dans le château      
  • la baleine baille        
  • manger une banane      
  • écraser un cloporte      
  • les pinces du crabe

http://www.sonniss.com/vendor/vielfaure si vous avez envie d’en entendre plus …

DANS LES JEUX  ET LE CINÉMA ON CONFIE LA PARTIE DESIGN SONORE BRUITAGE A UNE AUTRE PERSONNE ?

Je préfère m’occuper des deux car je pense que certains bruitages peuvent devenir très musicaux.

S’ils sont bien placés rythmiquement et s’ils sonnent dans la même tonalité que la musique

Comme un texte bien lu a des intonations, les mots ont un rythme, des accents, des temps faible et des temps forts.

Comme dans la musique il faut souvent les déplacer un peu ou les faire arriver dans une respiration musicale .

VOUS ENREGISTREZ VOS COMPOSITIONS EN UTILISANT UN ORDINATEUR ET UN LOGICIEL D’ENREGISTREMENT. COMMENT PROCÉDEZ VOUS ?

L’ordinateur n’est qu’un outil qui me permet de retranscrire sur papier les notes que j’ai jouées. Je joue la phrase inventée jusqu’à ce que je sois satisfait par le phrasé .

Ensuite je l’enregistre en temps réel et sans quantification.

Ce qui permet à ma musique de sonner plus réaliste mais il faut connaître les techniques de jeu de chaque instrument.J’ai étudié le saxo et je pense que cela m’a aidé pour les arrangements de cuivres et de vents dans ALICE.

QUE DIRIEZ VOUS POUR CONCLURE ?

J’espère que les joueurs s’amusent autant que moi ….

cela me fait très plaisir, de savoir que certains joueurs, devenus adulte aujourd’hui hui, sont heureux de pouvoir, re-écouter les musiques des jeux de leur jeunesse.

MERCI  beaucoup à vous tous …


interview concernant ma collaboration dans la série des aventures de l’ oncle ERNEST de 13’16” a 16’50”